OBJECTIF : CONSERVATION

FIN : ETE 2015 

La tour de la Lanterne est l’unique phare médiéval existant encore en France. Les murs imposants de la base de la tour de la Lanterne, épais de 6 mètres, contrastent avec l’élégance de la flèche octogonale à crochets, phare de style gothique flamboyant, qui renferme quatre salles superposées, qui firent longtemps office de prison. On y trouve de nombreux graffiti, gravés dans la pierre par des marins anglais, espagnols ou hollandais, emprisonnés dans la tour entre le xviie siècle et le xixe siècle.

Cette expérimentation a abouti à la numérisation de plus 90 graffitis diagnostiqués comme menacés par le personnel de la Tour de la Lanterne à la Rochelle. Les numérisations ont permis de constituer des empreintes durables des œuvres dans un état donné pouvant servir à des fins de conservation, de restauration et médiation.

Certains graffitis étaient très légers, très peu creusés. Il a fallu faire beaucoup d’essais dans les studios du photographe Denis Gliksman pour mettre au point une technique de prise de vue et d’éclairage adaptée. Des tests ont été réalisés sur de faux graffitis sur 3 types de pierres et testé plusieurs systèmes de lumière et de prise de vues. Sur place, il a fallu s’adapter aux emplacements compliqués (escaliers exigus, graffitis en hauteur, à ras du sol … ) pour disposer l’éclairage et le système de prise de vues.

Vue du modèle 3D d’un graffiti en HD

22000 photos, 1 teraoctet de données… De 30 à 300 photos par modèle. La qualité des modèles et la résolution obtenue sont de très bonne qualité. Les objectifs pour la préservation sont largement atteints et les possibilités en médiation culturelle sont énormes grâce à la qualité d’image et la haute définition.